prt_200x143_1407923086

kom.post intervient à l’université du Cifas / SIGNAL / Bruxelles
26-30 août.

SIGNAL:
L’université d’été du Cifas, consacrée aux relations entre art vivant et espace public, use de la notion de « l’autre », pour trois journées explorant de manière dynamique les tensions entre ville cachée et ville rêvée, ghettos plus ou moins barricadés et rencontres impromptues, savoir-vivre policé et participation obligatoire. Dans ces rapports complexes qui trament notre quotidien urbain, quel(s) rôle(s) les artistes, opérateurs culturels et acteurs des politiques culturelles veulent-ils jouer ?

L’université s’étend cette année à une programmation d’œuvres vivantes et éphémères dans l’espace public, qui prolongent la réflexion, mais s’adressent avant tout aux citoyens et usagers de la ville, dans quatre quartiers de Bruxelles.
Ensemble du programme de SIGNAL ICI

Le 29 août atelier de 13h à 16h // kom.post
Dans le cadre d’une nouvelle ligne de recherche qui se déroulera de 2014 à 2017, kom.post propose d’aborder et d’interroger la choralité comme un lieu de dissensus. Le collectif désire faire de ce rendez-vous une première expérimentation mettant en jeu la question d’une voix multiple – composée et composante, polysémique et polyphonique -, celle d’un “territoire” (réel et fantasmé) à occuper.
Comment le dissensus peut-il constituer un générateur de narrations et participer de la fabrication d’un récit collectif, complexe et hétérogène ?
C’est à l’encontre des séparations, ségrégations et communautarismes impulsés par le choix des aménagements même des villes, que cette recherche sur le chœur peut faire émerger de nouveaux modes de narrativités et de re-présentations individuelles, sociales et esthétiques.
Choralité : oralité et géographie. C’est autour de cette équation que, pour son intervention dans Signal, kom.post proposera de mettre en oeuvre une expérience physique et orale à partir d’un corpus de textes, de sons, d’images (de l’Oedipe de Sénèque aux chants de supporters sportifs, en passant par les performances de Francys Alÿs et les images du Standing Man sur les places d’Istanbul) qui, dans un premier temps, ouvrira une réflexion autour des nouvelles formes de choralités dans la ville contemporaine puis convoquera les participants à expérimenter différentes pratiques de regards, de récits et de physicalités.

programme de la journée:
Vendredi 29 août

9h > 12h : Session plénière

La ville avec l’autre – Communauté vs Incivilité

C’est la ville de la communauté que nous formons, volontairement ou malgré nous, avec les autres. Ce sont les règles policées, imposées ou que nous nous imposons, pour mieux vivre ensemble, et celles que nous transgressons – quand nous traversons au feu rouge ou que nous bravons les règles de pudeur. Et ce sont toutes les manifestations – de voisinage, de quartier, ou réunissant, de manière impromptue, de parfaits inconnus – auxquelles nous participons, dans le désir et l’effort d’être ensemble, de faire communauté – manifestations qui se multiplient à mesure que les moyens de communication, plus performants, nous isolent physiquement.

Éclaireur : Claude Katz
Avec Ludovic Nobileau & Antonia Taddei (XTNT), Steven Cohen, Jennifer Bonn, Caroline Masini & Laurie Bellanca (Kom.Post) et Agnès Quackels.

12h > 13h : Déjeuner

13h > 16h : Ateliers

1. “Le droit au repos” par XTNT (FR)
Mons sera Capitale Européenne de la Culture en 2015. Comment la représenter? Nous proposons de détourner la technologie Street View de Google, pour créer des mises en scène des rues avec leurs habitants.
Chaque habitant devient acteur de sa ville. Et les acteurs ?? Ils sont en Université d’Eté au Cifas, pour réinventer l’acte artistique dans la ville. Nous les convoquons à Mons pour réaliser l’entrée de la ville : un rond-point, très beau, il est vrai, minéral, aux pentes douces pour les piétons sur les abords… A t-on le Droit de s’y reposer ? A t-on le Droit de tourner en rond ?
Une révolution… On vous attend !
Les participants seront conduits à Mons en minibus après le déjeuner et ramenés à Bruxelles en fin d’après-midi.
(En français, facilitation vers l’anglais)

2. “Scénographie corporelle – Comment regarder notre intérieur de l’extérieur?” par Steven Cohen (ZU)
Steven Cohen a développé un concept de “scénographie corporelle”, utilisant le corps comme espace scénique, travaillant sur l’esprit, la respitation, le mouvement, le temps et la lumière avec des objets, accessoires et costumes comme extensions du corps. Ensuite, l’idée est de voir ce que cela donne dans l’espace public. C’est amusant, très amusant.
Chaque participant apportera trois objets de n’importe quelle taille/forme/matière qui ont une signification particulière à ses yeux. Amenez vêtements confortable et ouverture d’esprit.
(En anglais, facilitation vers le français)

3. “Contre tous, tout contre” par Kom.post (FR/DE)
cf texte de présentation ci-dessus.

17h : Intervention urbaine ludique

Ljud, Lulu Project – gare centrale et alentours

Le collectif slovène Ljud, connu pour ses invasions de villes par des extraterrestres peu sympathiques ou revisitations de l’espace public comme collection d’art, développe, dans le cadre d’un workshop avec le Cifas et en collaboration avec des artistes locaux, un nouveau projet dans l’espace public, faisant usage des moyens contemporains de reproduction et dissémination des images (smartphones, réseaux sociaux…), et appelant le public à y collaborer avec ces mêmes outils.