© Laurent Onde - Tropisme 2015 - hTh-7

Résidence De Recherche Du 15 Au 26 Juin 2015 Au Granit Scène Nationale

dans le cadre du L-EST ( CCN, MA Montbélliard, Le Granit) laboratoire européen spectacle vivant et transmédia

Présentation-rencontre publique le 25 juin 2015 à 18h à la Coopérative

avec Caroline Masini, Laurie Bellanca, Céline Pévrier, Youness Anzane, Bénédicte Jolys, Laure Brisa et Antonin Clair.

Production : Illusion et macadam diffusion – Soutien : de la région Languedoc-Roussillon, du Lycée Champolion de Lattes, du CNES (Centre National des Études Spatiales/Paris) – projet lauréat de la bourse “Phonurgia Nova” dans la catégorie “projet numérique” résidence Euphonia, atelier de création radiophonique Marseille.

Je n’ai qu’un toit du ciel, vous aurez de la place est une série de fictions radiophoniques, écrite en feuilletons, qui interroge les représentations collectives de “l’univers infini” et propose une machine à fabriquer des récits. Cette machine de récits est une forme radiophonique conçue en direct, à mi-chemin entre un feuilleton radiophonique, une émission participative et une performance scénique.

Chaque feuilleton fait place à une thématique précise (Guerre des empires, Amour, Prédictions, etc.) qui permet de poursuivre la fiction entamée tout en lui donnant un éclairage nouveau. Une écriture à trous questionnant le message radiophonique collectif et le rapport entre la création du son (par la radio hertzienne et la webradio) et sa propre théâtralité (rendue visible sur le plateau d’un théâtre).

Voilà maintenant deux ans que le collectif kom.post mène une recherche sur l’écriture radiophonique en expérimentant différentes formes d’émissions en direct et de situations d’écoute et de participation (Cf.”Radio kom.post l’occupation des ondes”, La Panacée, Montpellier et “Je n’ai qu’un toit du ciel – Episode 1” pour le Festival Sidération au CNES). Cette recherche sur le média radiophonique, l’utilisation de la voix diffusée et l’écriture documentaire comme laboratoire dramatique est sous-tendue par une expérimentation autour de l’écriture du document lui-même et des problématiques dramaturgiques que soulèvent la fabrication d’une émission performative produisant un “message” radiophonique dans un contexte de représentation théâtrale.
Suite au premier épisode de “Je n’ai qu’un toit du ciel, vous aurez de la place”, le collectif décide de poursuivre cette pièce dans une logique de série afin de continuer cette recherche, en convoquant autour d’une interrogation sur “l’univers infini”, la possibilité de produire une “machine de théâtre” où fabrique de récits et expérience active du spectateur sont au coeur de la démarche.

Le temps de résidence proposé par le L-EST sera l’occasion de poursuivre cette recherche en se concentrant sur l’écriture de plateau comme agencement d’une expérience du direct radiophonique à travers deux objets d’étude précis :

  • Le plateau comme “machine de théâtre”: le collectif souhaite se concentrer sur la forme spécifiquement scénique de Je n’ai qu’un toit du ciel,… afin de créer une “machine de théâtre” où la radio et ses outils (micros, câbles, tables de mixage, objets de bruitage, instruments de musique…), les présences au plateau (chant, narration, dialogue, didascalie), le flux et la composition en direct de différents matériaux sonores, pourront s’articuler dans une forme scénique pertinente, autonome et modulable selon les épisodes et les lieux de création. L’enjeu de recherche concernant la scénographie sera mené par Bénedicte Jolys, les premières partitions du projet seront expérimentées par Laure BrisaCaroline Masini etLaurie Bellanca sous le regard de Youness Anzane (dramaturge).
  • Le livret de la pièce comme extension narrative : le collectif mènera la recherche au plateau conjointement à son pendant éditorial. La singularité des écritures en présence dans leur recherche amène inévitablement à poser la question de la partition et de son partage via la fabrication d’un livret web et papier, consultable, augmentable, etc. Ce que l’on nomme aujourd’hui “écritures de plateau” relève aussi ici d’une approche éditoriale singulière à mener avec le spectateur-visiteur lui-même.

La recherche éditoriale et de transcription sera menée conjointement par Céline Pévrier, Caroline Masini et Youness Anzane.