Kompost HD- photo Alex nollet-3849
5-7.07/ RADIO KOM.POST / LA PANACÉE
RADIO KOM.POST
L’occupation des ondes
un dispositif radiophonique de piratage localisé

Atelier: le 5 juillet à 17h à la Panacée
atelier Fréquences voisines avec les voisins de la Panacée

Émission : le 7 juillet à 15h à la Panacée
“Fréquences voisines”: émission kom.post réalisée in situ avec les voisins de La Panacée, in Conversations électriques

C’est en octobre 2012 que nous sommes entrées pour la première fois sur le chantier de la Panacée. Nous avons commencé par arpenter les couloirs, pousser les portes, sentir ce qui fourmillait sous cette nouvelle peau.  Au fur et à mesure de notre visite, nous découvrions les histoires qui soutenaient les murs comme les rumeurs persistantes qui peuplaient les couloirs. Notre intuition de départ se confirmait : nous n’entrions pas seulement dans un “lieu”, un “centre d’art en construction”, nous entrions en conversation. Une conversation invisible, à priori imperceptible, qui semblait orienter nos pas au travers des pierres de ce chantier et de la ville de Montpellier. La Panacée se mettait à concerner bien plus de strates qu’on ne l’imaginait.
Peu à peu, en rencontrant la multitude de voix habitantes et voisines de la Panacée – travailleurs, étudiants, riverains – nous réalisions que c’était elles qui nous guidaient à travers une fiction souterraine. Nous trouvions le sens. Non pas une résolution mais une direction. Nous l’avons suivi comme on mènerait une enquête qui aurait fait le choix de ne pas aboutir et qui donnerait lieu à une écriture faite de points, de traits qui les croisent, de ramifications inattendues, de zones de rencontres.

Plongées dans cette fouille, nous assistions à la diffusion de mythes et d’indices tout autour de notre point de départ: La Panacée aujourd’hui.  Chaque personne rencontrée, détentrice d’un savoir et d’une pratique du lieu, nous a renvoyé à un autre point, un autre lieu, un autre temps, une autre interrogation.  Du chef de chantier à Rabelais, des Frères Platter aux problématiques urbaines, des étudiants aux voisins…De cercle en cercle, l’enquête avançait comme un champ magnétique en perpétuel mouvement.
En regardant vers le haut, un jour d’hiver, depuis le patio de la Panacée, nous avons aperçu les restes d’un clocher datant peut-être de l’époque du Collège Royal de Médecine. Nous y avons vu une antenne, une sorte de canal d’émissions, pouvant diffuser, à travers la ville, le circuit de voix que nous traversions. Nous avons alors repensé à la radio, média populaire et autonome, pouvant incarner à la fois notre mode d’écriture en propagation, nos débuts de conversations et une invitation à les poursuivre. Nous avons imaginé un outil conversationnel, nomade et ouvert qui a pris la forme de ce dispositif de piratage in situ et mobile : « RADIO KOM.POST, l’occupation des ondes ». Il se décline depuis une table de radio jusqu’en différentes zones de la Panacée, à présent « occupées » par ces voix, personnes, histoires qui se croisent sur des termes communs.

Nous vous invitons à les découvrir en retirant un poste radio auprès des médiateurs de la Panacée et en allant occuper, à votre tour, ces zones conversationnelles. Chacune offre, à sa manière, une expérience d’écoute spécifique et vous met déjà sur les pistes de rencontres à poursuivre, à mettre en voix et en corps depuis le centre d’art jusqu’aux rues, places et emplacements de la ville, depuis ces témoignages jusqu’à d’autres récits, depuis ces fictions jusqu’à d’autres inventions….