les participants et l'écran 3
03.2012 FABRIQUE DU COMMUN, CROSS ROADS CECN / MONS
Mardi 13 mars 2012
Fabrique du commun// cross roads#1
cecn, le Manège, kom.post

« En quoi les nouvelles technologies permettent ou permettraient-elles de (re)-créer du lien social ? »

Compte rendu déroulé de journée

10h30-11h00:
traversée du contexte

Conscient de la complexité ou de la généralité probable des réponses qu’entrainerait la question de cette journée de crossroads posée comme telle, kom.post en a tenté une segmentation, une dissection visant à prendre en compte chacun des termes, à en observer les provenances, les significations « en soi » comme celles trouvées dans leur confrontation avec les autres termes de la question. Ainsi, de l’association immédiate que l’on peut faire type : nouvelles technologies + lien social= réseaux sociaux et leurs avantages et inconvénients, on passe à une série de distinctions importantes à faire :
le « réseau » s’il est entendu comme système de liens dans une communautés ou dans une « société des amis », peut il être associé au « lien social » qui, de fait, cherche à mettre en relation des individus qui ne sont pas d’ores et déjà en rapports de famille, d’amitié, d’amour …(VOIR BIBLIOTHEQUE : rubrique « commun, communautés, communautaires ») ?
Qu’est-ce qui peut réellement être nommé lien social ?
S’il n’est pas un fait de nature mais toujours une construction, une création et donc le produit d’une techne, que désirons-nous construire et quels outils (technologies) devons nous convoquer pour cela ?
Quelles « nouvelles technologies » sont donc plus à souligner que d’autres dans ce vaste domaine des NTIC que l’on pourrait ainsi préciser un peu (parle-t-on d’internet, de web 2.0, de web 3.0, de…) ?
Quel type de re-création leur demande-t-on d’opérer : re-staurer/ ré-parer/ re-produire… ?

Ces différentes strates de la question ont été mises à jour par kom.post via son dispositif de diffusion textuelle et audiovisuelle et ont donc construit le premier peuplement de ce mur de projections que les participants ont donc été invités, dès ce moment là, à habiter à leur tour.

11h00-12h00:
premier temps de discussion par tables

La première sous-question visant à enclencher le dialogue au sein des tables était donc issue du chemin de travail évoqué précédemment en ce qu’il en était la première étape : qu’entend-on (comprend-on/ souhaite-t-on…) par « le lien social » aujourd’hui, en 2012 ?
C’est sous ce signe que s’est posée la première heure, jusqu’à 12h.

Composition des tables :
Table 1 : Mylène Lauzon, Thierry Dutoit, Laurent Grumiaux, Jean-Pierre Fourmentraux
Table 2 : Nicolas Wierinck, Rasa Alksnyte, Charlotte Jacquet, Bertrand Baudry
Table 3 : Pascale Barret, Patric Jean, Denys Bornauw, David Valentiny
Table 4 : Nicolas Chapuis, Anne Huybrechts, Lorenzo Laera, Jeoffroy Migeot
le premier écran du contexte est à vue et augmenté, déplacé, perturbé par la retranscription que fait kom.post des différentes tables ainsi que par l’insertion d’autres liens, matériaux (tirés de la bibliographie initiale, des évocations et exemples divers donnés par les participants ou des libres associations de kom.post…).

12h-12h45 :
constat, perspectives et mise en relation des tables.

Kom.post a invité les participants à faire retour sur cette première heure d’échanges en revenant de façon synthétique sur les différentes directions prises, en extrayant les questions majeures, les points problématiques ou donnant matière à débat et à prolongements sous la forme d’un texte à envoyer par mail à kom.post@kompost.me
Cela sera la matière à partir de laquelle kom.post pourra composer le travail de l’après-midi

14h00 – 15h30:
second temps de discussion par tables

A partir des synthèses envoyées par chacune des tables, kom.post a extrait des « zones problématiques » attribuée à chaque table. Les participants sont donc invités à rejoindre l’une des questions qu’ils sentent en écho avec ce qu’ils ont envie de prolonger dans la réflexion et discussion au sein d’un groupe qui n’est pas forcément identique à celui qu’ils avaient le matin.
Cependant, beaucoup ont tenu à rester à leur table matinale, des liens s’étant tissés et des débats amorcés au sein de chaque groupe, demandant donc à être poursuivis l’après-midi. La configuration a cependant été modifiée en passant de 4 à 3 tables et laissant ainsi inhabitée la zone problématique attribuée à la table 3
Chaque nouveau groupe s’est ensuite mis au travail qu’impulsait l’intitulé donné à sa table . L’écran poursuit son avancée et compile chacune des directions de travail.

Composition des tables :
table 1 : Pascale Barret , Patric Jean, Pascal Keiser, Vincent Delvaux, Laurent Grumieaux
table 2 : Nicolas Chapuis, Rasa Alksnyte, jean-Paul Fourmentraux, Bertrand Baudry, Nicolas Wierinck, Charlotte Jacquet
table 4 : Jeoffroy Migeot, Mylène Lauzon, Lorenzo Laera, Anne Huybrechts, Denys Bornauw

15h30 : Ouverture du streaming
Afin de permettre aux internautes nous rejoignant à ce moment-là par streaming de pénétrer dans ce terrain d’échanges amorcé depuis le matin, kom.post invite les différentes tables à une nouvelle forme de « synthèse » : non plus un compte rendu mais plutôt l’élaboration effective d’un projet, plan de travail, d’action, manifeste…L’idée était de dépasser la simple conversation, citation d’exemples, mention d’expériences diverses…mais de s’en inspirer davantage en imaginant comment les mettre à l’oeuvre (quel cadre, quels moyens, quel changement nécessaire…) et surtout en oeuvre, en tant que liés au NTIC, d’une nouvelle forme de lien social.